Béton

Grève chez Inter-Beton

Le personnel d'Inter-Beton (Groupe HeidelbergCement), qui produit du béton prêt à l'emploi, a arrêté le travail ce vendredi.  Le front commun syndical proteste contre l'importante charge de travail pour les chauffeurs de camion liée à l'introduction du "METRO-project". Toutes les centrales à béton de l'entreprise resteront fermées aujourd'hui.

HeidelbergCement Benelux transporte chaque année près de 20 millions de tonnes de produits et de matières premières. Le nouveau système METRO vise l'amélioration des activités logistiques et l'exploitation maximale des capacités (chauffeurs, camions, pompes et sites de production). Contrairement à aujourd'hui, la livraison, le routage et le planning de travail étaient organisés au niveau régional avant l'introduction du projet.
Malheureusement, quelques mois après la mise en œuvre du projet, le personnel constate que le système présente des failles, notamment en matière de charge de travail  avec des prestations pouvant aller jusqu'à 16, voire 17 heures par jour pour les chauffeurs de camions mixer. Souvent, le temps de repos de 11 heures minimum entre deux jours de travail n'est pas respecté.
Les changements qui sont en permanence apportés aux schémas de livraison (parfois même jusqu'au moment de la livraison même) ne sont plus tenables pour les chauffeurs. Les services logistiques aux clients ne sont pas non plus efficaces. L'entreprise a d'ailleurs déjà perdu de nombreux clients.
Le personnel a de plus en plus de mal à concilier vie privée et vie professionnelle. Cette situation n'est plus tenable !
Dans nos pays voisins, aux Pays-Bas et en Allemagne, le personnel est confronté à des problèmes similaires. En Allemagne, le groupe a même mis fin au système METRO.
Malgré les promesses de la direction, la situation n'a toujours pas changé dans notre pays.
Les partenaires sociaux espèrent que des solutions puissent être rapidement trouvées pour mettre le fin au stress et aux burn-outs dus au système. 
Cependant, alors qu’une réunion de conciliation entre la direction et les syndicats était prévue ce mardi, la direction exige des travailleurs qu’ils soient au poste ce samedi, jour habituel d’inactivité. Cette décision met en péril les négociations et tant la CSCBIE que la FGTB Construction dénoncent avec force cette attitude contreproductive. 
Manifestement, ce message n’est pas clair pour la direction qui, en demandant à son personnel de venir travailler ce samedi, montre clairement son mépris à l’encontre de ses travailleurs, de la concertation sociale et des organisations syndicales. 

Contact

Justin Daerden - Secrétaire fédéral
Responsable sectoriel national
  • Industrie du béton

Contact régional

Pour obtenir les coordonnées de la personne de contact au niveau régional, veuillez sélectionner votre région sous la rubrique Fédérations professionnelles.