Actions internationales

La CSC s'est engagée depuis des années pour un changement de cap fondamental des politiques européennes. 
Nous soutenons aujourd’hui activement une pétition en ligne lancée par la CES en collaboration avec les syndicats autrichiens. 
Faites entendre votre voix pour une Europe sociale en participant à la pétition en ligne
La Commission européenne doit entendre nos demandes: les droits sociaux doivent être à la Une de l’agenda européen, ils doivent passer avant les intérêts économiques particuliers!  C'est pourquoi nous avons besoin de votre soutien
Il est important qu’un maximum de personnes signent cette pétition en faveur d’un socle européen de droits sociaux répondant aux besoins des travailleurs, des familles et des communautés. 
Merci de nous soutenir dans notre travail pour que la Commission européenne entendent nos voix et nos préoccupations !

Qatar : la vie des travailleurs migrants compte !

Qatar WK 2022 fotograaf - Kasper Goethals
Quelque 1.200 travailleurs immigrés sont décédés au Qatar depuis que ce pays a décroché la Coupe du monde en décembre 2010 et on estime à 7.000 de plus le nombre de décès d’ici à 2022, année du championnat. 
Nous nous mobilisons déjà depuis 2014 avec nos partenaires en Inde et au Népal pour améliorer les conditions de travail des travailleurs migrants au Qatar et dans les pays du Golfe.
Ce 29 février, nous nous sommes formellement engagés lors d’une conférence de presse à continuer les mobilisations, alors qu’on compte au Qatar près de 1,8 millions de travailleurs migrants engagés pour construire les stades de la Coupe du Monde de foot de 2022, dans des conditions de travail souvent précaires, voire dangereuses. 
Plus d'infos à ce sujet via ce lien www.solmond.be.
Téléchargez la brochure Migration to Qatar qui regroupe des témoignages de travailleurs migrants.

Au Qatar, les ouvriers sont des esclaves!

Qatar WK 2022 fotograaf - Kasper Goethals

Mission syndicale au Qatar

Des délégués de la CSC bâtiment - industrie et énergie reviennent d’un mission syndicale au Qatar, un pays où les ouvriers sont traités comme des esclaves.  L’organisation au Qatar de la Coupe du monde de football 2022 a attiré l’attention du monde entier sur les conditions de vie et de travail effroyables des ouvriers de la construction. Suite à l’indignation relayée par les médias, les organisations de défense des droits de l’homme et les syndicats internationaux, des pressions de toutes parts sont exercées sur les autorités qataris.
La CSCBIE dresse l'état de la situation
L’IBB, l’internationale syndicale des travailleurs de la construction, s’est fortement mobilisée sur cette cause. Récemment, la CSCBIE – qui est membre de l’IBB - a envoyé à nouveau sur place deux représentants pour dresser l’état de la situation. Parmi eux, Patrick Lauwers, délégué CSC chez ‘Besix’, une société belge chargée de la construction de l’un des stades. Patrick en était à sa seconde mission syndicale internationale à Doha. « Par rapport à l’an dernier, peu de choses ont changé. Les Qataris et les employeurs manquent totalement d’éthique et les ouvriers sont maintenus au travail dans de mauvaises conditions » relate-t-il. Il a visité un camp où l’hygiène était désastreuse. « Les ouvriers dorment à 8 dans la même chambre, ils doivent cuisiner dans des réduits répugnants. L’hygiène y est catastrophique ». Exposées à ces conditions et à des chaleurs extrêmes, beaucoup tombent malades. Or les ouvriers n’ont droit qu’à un jour de congé de maladie par mois, au-delà, ils perdent leur travail... 
Patrick note un mieux toutefois en ce qui concerne le matériel. « Ils ont tous leur veste, leur casque et des bottines. Ce n’était pas toujours le cas auparavant. L’année dernière, j’ai vu un peintre perché sur la paroi externe d’une tour sans équipement de protection contre les chutes ou de cordon de sécurité. Hallucinant et extrêmement dangereux !»
Patrick était particulièrement intéressé par la situation des travailleurs de la société Besix. Mais cette année, le «Comité suprême» pour l’organisation de la Coupe du monde n’a pas donné à la délégation l’autorisation de visiter le stade Khalifa. L’entrée dans les camps leur a aussi été refusée. Des travailleurs leur ont toutefois relaté qu’ils gagnent moins de 250 euros par mois mais qu’ils reçoivent des cours de sécurité chaque semaine et qu’ils sont satisfaits de leurs conditions de travail. La société Besix et sa filiale au Qatar ont reçu un prix cette année parce qu’elles n’ont eu à déplorer aucun accident du travail mortel pour plus d’un million d’heures de travail. «Je pense sincèrement que la société Besix au Qatar compte parmi les meilleurs élèves de la classe. Les vrais coupables, ce sont les sous-traitants, qui emploient 80% de la population active. Ils exploitent impunément les ouvriers» estime Patrick.
La Coupe du monde ‘22 au Qatar fait couler beaucoup d’encre. Une enquête est en cours pour faire la lumière sur une corruption éventuelle à la Fifa. Certains observateurs doutent que le Qatar pourra organiser la Coupe du monde. Le Qatar tente d’apaiser les esprits en promettant des techniques de refroidissement modernes. Les autorités ont également élaboré une loi afin de réformer le système de travail Kafala, décision reportée depuis des années. Tout récemment l’émir du Qatar a signé une loi qui doit permettre aux ouvriers de plus facilement quitter le pays, changer d’emploi ou déposer plainte.
«Si nous revenons l’année prochaine, nous verrons si les choses ont changé. Les promesses précédentes n’ont pas été tenue » dit Patrick. « Ce qui m’inquiète surtout, c’est ce qui va se passer avec ces millions d’ouvriers à la veille de la Coupe du monde, lorsque l’infrastructure sera terminée. Pour l’instant, on ne voit que des visages sud-asiatiques dans les rues. Le gouvernement qatari voudra donner une autre image pendant la Coupe du monde. Seront-ils tous renvoyés chez eux, sans espoir d’avenir? Où va-t-on les reléguer dans le désert?».
Chaque jour, deux ouvriers décèdent suite à de fortes chaleurs ou à des accidents.  Presque 98% des travailleurs au Qatar sont étrangers. La plupart viennent d’Inde (600.000), du Népal (400.000), du Sri Lanka (380.000), des Philippines (250.000) et d’autres pays d’Asie du Sud. 

Kafala

Au Qatar, conformément à la ‘Kafala’, réglementation du travail moyenâgeuse, les travailleurs ne peuvent ni changer d’emploi ni quitter leur pays sans autorisation de leur employeur.

Actions internationales

La solidarité et la défense des intérêts des travailleurs ne s’arrêtent pas aux frontières nationales. Les instances internationales comme l’Union européenne et les entreprises multinationales ont toujours plus d’impact sur l’emploi et les conditions de travail et de salaire de nos affiliés. C’est la raison pour laquelle nous participons activement au dialogue social au niveau international et européen et nous concrétisons la solidarité internationale avec les travailleurs et leurs organisations à travers des projets, des réseaux et des collaborations. Nous n’agissons pas seuls. Nous sommes membre de plusieurs organisations syndicales internationales et européennes.  
Nous essayons de renforcer notre fonctionnement également en coopérant avec d’autres partenaires du mouvement ouvrier chrétien: 
  • Le service relations internationales de la CSC.
  • Notre ONG solidarité mondiale.
Au sein de la CSC bâtiment - industrie & énergie, le secrétariat international assure le suivi et la coordination.

bie-aware.eu

Le site web bie-aware.eu est une initiative du secrétariat international de la CSCBIE. Via ce canal, nous voulons associer nos affiliés et militants activement à l’action Européenne. De plus, nous voulons diffuser nos positions fondées en matière de la politique Européenne socio-économique au grand public. Vous pouvez nous contacter via la page de contact de ce site web.
Téléchargez ici le dernier bulletin d'information (juin 2017) du secrétariat international.
Contact
Secrétariat international CSC bâtiment - industrie & énergie
Tom Deleu 0032 475 90 70 66
  • Secteurs Construction & Bois
  • Organisations : FETBB (Europe) et BWI (International)
Jan Franco 0032 477 42 33 34       
  • Secteurs Industrie & Energie 
  • Organisations : Industriall European Trade Union, Industriall Global, UNI Europe et UNI Global
Collaboratrice administratif : Mia Broodcoorens

Sites web internationaux intéressants

La CSC bâtiment - industrie & énergie est affiliée à plusieurs organisations internationales
N'hésitez pas à consulter les différents sites web de ces organisations.

Séminaire Bénin-Togo du 28 avril au 2 mai 2015

 Après un premier séminaire à Cotonou (Bénin), les délégués syndicaux des deux zones franches se sont retrouvés à Lomé (Togo) du 24 avril au 2 mai 2015 pour mettre en place des stratégies pour améliorer les conditions de travail.
Dans ces deux zones franches, on est encore loin de la notion de travail décent qui a été reprécisé à l’occasion de ce séminaire : accès à l’emploi, protection sociale, droits du travail et dialogue social.
On est aussi très loin d’entreprises socialement responsables. Au contraire, il s’agit ni plus ni moins d’exploiter les travailleurs, les ressources naturelles et fiscales.
Téléchargez l'article au sujet de ce séminaire.

La CSCBIE à la rencontre des acteurs du monde de l’handicap

En parallèle du Forum social mondial, Luca Baldan, secrétaire régional BIE de Bruxelles en charge entre autre des entreprises de travail  adapté et avec la contribution de la directrice de la Coopération internationale et des Relations extérieures, Madame Feriel Ghorab, a visité des associations de personnes porteuses d’un handicap. L’objectif est de créer des synergies entre la CSCBIE et le monde de l’handicap.
Première visite le mardi 24 mars d'une association liée au monde du handicap:
Le centre de réadaptation professionnelle des handicapés moteurs et des accidentés de la vie de Manouba qui est sous la tutelle du Ministère des affaires sociales nous démontre que nul n'est à l'abri d'un accident de vie et que la "réintégration" est un long chemin mais possible si toutes les possibilités de reclassement ont été étudiées...
Le mercredi 25 mars une autre visite était programmée à Sidi Thabet dans le centre socio-éducatif '' Essanad '' . Accompagné par Jan Franco, chargé des relations internationales à la CSC BIE, nous avons pu constater que l'implication des travailleurs de ce centre dépasse le cadre du travail. Il s'agit d'un engagement total et solidaire ou les jeunes et les moins jeunes porteurs d'un handicap profond ou moins, ont tout à fait leurs place dans ce centre et que l'insertion professionnelle par l'exercice des diverses activités proposées est leur objectif premier. Il s'en est suivi une fête en l'honneur de la délégation de notre centrale où tous les résidents ont pu prendre part en dansant et en chantant...
Le jeudi 26 mars, la dernière visite proposée s'est déroulée  dans un centre de jour à Bou Zelfa près de Nabeul, une association qui vient en aide '' aux insuffisants mentaux " avec comme priorité l'insertion socio professionnelle (l'intégration).
Nonobstant que cette dernière dispose d’une enclave en son sein qui fait travailler contre rémunération dix personnes porteuses d'un handicap ainsi que trois stagiaires pour une société fabricant des jouets pour l'Allemagne, cette dernière a réussi son pari de faire intégrer cinq jeunes sous contrat à durée indéterminée dans cette entreprise. Nous avons eu l'opportunité de rencontrer les différents acteurs de cette société ainsi que les 5 jeunes et nous avons constatés avec satisfaction le merveilleux climat d'intégration qui y régnait. 
Luca Baldan ainsi que Jan Franco ont insisté sur le fait que le handicap n'a pas de frontière et que la responsabilité politique, patronale et des syndicats est engagée dans l’intégration des personnes handicapées. Que la solidarité existe dans le monde du travail et qu'il y a de la place pour tout le monde, valides ou moins valides. Que notre centrale sera porteuse du message qu'un monde '' inclusif '' existe et qu'elle  mettra tout en œuvre pour que ce monde existe un jour...

Communiqués de presse

Action